+7(499)344-03-03
Inscrivez-Vous à une consultation
Tout le site
Inscrivez-Vous à une consultation
Oganes Edouard Dilanyan MD, PhD
Chirurgien-urologue-oncologue
+7(499)344-03-03

BLOGUE

La journée

-    Il ne faut pas, Dilanyan, ne t’attelle pas.
-    Elle n’a que 32 ans.
-    Elle est déjà morte, Dilanyan. Bien qu’elle marche, bien qu’elle respire… elle est condamnée.
-    Je le sais.
-    Alors, refuse. Elle ne veut pas devenir handicapée. En plus, elle est médecin, elle-même.
-    Tu oublies que c’est moi qui t’ai raconté tout cela?
-    Refuse-la. Envoie-la chez les spécialistes de chimiothérapie.
-    Elle n’a que 32. Elle les a déjà vus. Il n’existe pas de schémas pour cela. Elle est allée même voir les spécialistes de radiothérapie. Eux non plus n'ont rien proposé. Et elle a deux enfants.
-    Tu ne vas pas la laisser sur la table d'opération?
-    Non.
-    Alors tu as déjà pris la décision. Pourquoi me demandes-tu mon avis à moi?
-    J'ai besoin de toi.
-    Pour les écarteurs?
-    Non, je voudrais tout simplement t’avoir à côté de moi.
-    D’accord.
#
-    Bonjour.
-    Salut. T’es prêt?
-    Oui.
-    On y va.
#
-    Donnez un peu plus de tren. Voilà, c’est mieux. Montez la table, dans une position plus haute. Passez-moi la petite lampe, presque parallèlement. Oui. C'est bien.
-    Ne te fais pas emporter.
-    Ne parle pas.
-    D’accord.
-    Tout le monde est prêt? 
-    2 grammes de céph, metrogil. Pas d’allergie? On y va.
-    …
-    Tais-toi. Scalpel. Serviette.
-    Tiens par le dessous.
-    Tais-toi, je te dis. Je le sais bien.
-    Tu vas entrer directement dans le ventre?
-    Oui.
-    D’accord.
-    Electrotome. Tiens-le par là.
-    Tu me l’a dis à moi. Personne n’a entendu.
-    Ah, oui, merci. Electrotome. Mets sur 68. Tiens-le comme ça.
-    J’ai toujours voulu demander… Pourquoi 68?
-    J’aime ce chiffre. Tais-toi.
-    Ne m’engueule pas.
-    Encore une fois le scalpel. Ciseau, pince longue. Aha. Merci.
#
-    Tu vas aller par les reins?
-    Oui.
-    Fais la cartographie. N’oublie pas.
-    Oui. On y va.
-    Il y a du sang.
-    C’est rien. Ca va cesser.
#
-    Préserve les ovaires.
-    D’accord. Sutures.
#
-    Oui. Merci. Clipator, le deuxième et recharge le premier.
-    Attention à l’obturateur.
-    Oui oui. Je vois. Coton-tige.
-    C’est à moi que tu le dis, de nouveau.
-    Coton-tige.
#
-    Tu ne veux pas fumer?
-    Oui.
-    Retire la préparation. Voilà. Comme ça.
-    Mesurage. Pause, on change d’équipe. Merci, les filles. Appelez l’autre équipe le temps que je fume une cigarette. Perte – 200, on n’en aura de plus. Et vous? Vous allez bien?
-    Oui. Nous sommes dans la stabilité.
-    Vous allez vous faire changer aussi?
-    Non.
-    Merci. Je sors fumer. Draps. Non, donnez-moi-en un humide. Voilà. Ca y est.
#
-    T’es un monstre.
-    Merci.
-    Tu les as bien préservés. C’était joli.
-    Je voudrais que les résultats des bords soient négatifs.
-    Ils le seront. Même moi j’y crois déjà.
-    On va faire le vagin?
-    On y va.
-    Une transillumination?
-    Laisse au moins un.
-    Comme ça?
-    Oui, à peu près. Mets les sutures à la main.
-    Oui. Mais tout cela va sortir. Je vais faire une pexie.
-    Ne serre pas les vaisseaux.
#
-    Je suis fatigué.
-    Moi aussi.
-    Drainages.
-    Arrête.
-    Quoi?
-    Demande de l'eau. Tu as les mains qui tremblent.
-    Ca va aller. De l'eau, s'il Vous plaît.
-    C'est de nouveau à moi que tu dis.
-    De l'eau, s'il Vous plaît. Et quelque pilule. Il y a mon pied qui fait mal.
-    Attends un peu. Tu vas finir tout à l'heure.
-    D'accord. Tais-toi.
#
-    Vous allez pouvoir mettre les sutures? Merci.
-    Allons-y, Hov.
-    Allons-y, Dilanyan.
#
-    Qu'est-ce que tu en dis?
-    Alors... Pas mal. Mais moi, j'enlèverais l'urètre.
-    Arrête. On a regardé. Il n'y avait rien. Dans un an, on va uriner comme d'habitude.
-    D'accord. On y va.
-    Je ne peux pas.
-    Alors, bois quelque chose. J'ai la gorge qui est séchée.
-    Tais-toi. Où sont les cigraettes?
-    Sur la cagnotte. Tu aurais dû cesser de fumer...
#
-    Sérenkova, Sérenkova... Hov, est-ce que tu te rappelles qui c''est?
-    Cela me dit quelque chose... On l'a opérée en 13... Sérenkova!
-    C'est ça! Cancer de la vessie avec une pénétration dans le corps de l'utérus, mais sans métastases.
Eviscération de devant, lymphadénectomie des vaisseaux rénaux jusqu'au sacrum, néovaginoplastie, néocytoplastie!
-    Oui. On l'opérait pendant 13 heures, tu te rappelles?
-    Oui-oui... Que Dieu fasse de sorte qu'elle aille bien.
#
-    Non, non. J'ai tout simplement perdu 30 kg.
-    Vous avez l'air superbe!
-    Merci. Comment allez-Vous?
-    Et voilà.. On voudrait adopter un enfant...
#
-    Tu as remporté une victoire, Dilanyan.
-    Nous avons remporté une victoire, Hov. Toi, moi, toute l'équipe d'opération...
-    Le temps s'envole.
-    On ne peut pas l'arrêter.
-    J'ai toujours voulu te demander. Dis-moi, pourquoi tu restes ici?
-    Non. Rien ne m'oblige déjà à rester ici.
-    Et pourquoi on ne part pas alors?
-    Inertion. Il nous reste un tout petit peu. Aie de la patience.
-    Tu n'es pas franc avec toi-même. Et moi aussi.
-    Je ne me suis pas encore décidé.
-    Tu mens. Tu as déjà tout décidé.
-    Et toi? Qu'est-ce que tu en penses, toi?
-    Moi, il y a longtemps que je n'ai rien à faire ici.
-    On rentre?
-    On rentre...

BLOGUE

- Mon Dieu, est-ce que tu serais en train de me punir pour les péchés, pour ceux de mon père, de mon grand-père et de mon arrière-grand-père! – a-t-il dit Dilanyan – Prince de Goris, médecin-urologue par cumule. – Car il serait vraiment trop injuste de punir quelqu’un de cette manière, pour seulement ses péchés propres!
- Oganes, je suis, moi aussi, pas mal instruite et j'ai lu Hodja Nasreddin, – lui a-t-elle répondu la rédactrice d'une revue à la mode, en frappant des ongles sur le bureau, – Mais je ne pourrais jamais faire publier cet article!

Ce matin ce petit miracle m'a tendu les mains (j'aurais cru volontiers qu'un enfant de deux semaines pourrait tendre les mains de manière orientée) et a émis un nombre de sons ridicules. – Nous l'avons appelé Ivan! Et Votre nom aussi, si l'on le traduisait, il serait de même: Ivan? – Le père de l'enfant est heureux, il me tend prudemment cette enveloppe blanche avec un visage ridé et un nez presqu'invisible...
- Oui. Johan, Ivan, Oganes, John, Giovanni, Jean... – Je lui explique ému et je prends dans mes bras le résultat de mon travail. Et qu'est-ce que je vais en faire? Qu'est-ce qu'un docteur pourrait-il faire afin de ne pas paraître ridicule comme un lourdaud qui ne sait pas comment se comporter avec un enfant?

Il faudrait noter que je suis quelqu'un qui est psychologiquement équilibré.
Mais, croyez-moi, parfois il nous arrive de tomber dans des situations qui nous pourrissent le cerveau.
C'était aujourd'hui. Je recevais des patients.
- Docteur Dilanyan, il y a une dame qui veut absolument Vous voir. Elle n'a pas de rendez-vous, mais elle dit que ce n'est que pour 5 minutes.
- Nous les connaissons bien, ces 5 minutes, – je me dis comme toujours, – d'accord, faites-la entrer.
Une dame entre. Elle est assez sympathique, elle aurait environ 50 ans.
- Bonjour, – dit-elle, – Docteur Dilanyan, chéri!

Dans les époques lointaines de son enfance, on dirait que le prince Dilanyan ne faisait pas partie de ce monde. Et à présent aussi... bien qu'il soit urologue, il n'a aucun rapport avec le métier. Alors, étant petit, il se laissait aller parfois par ce qui lui venait à l'esprit. Et lui, il pensait que comme nous vivons sur le corps de la Terre-mère, cette mère devrait normalement avoir quelqu'un qui serait le père. Laissons tout cela, on est partis dans la mauvaise direction, de nouveau. Bref, le petit Dilanyan croyait que cette Terre est un être très sale, car il y avait plusieurs autres êtres beaucoup plus petits qui étaient en train d'y vivre.