+7(499)344-03-03
Inscrivez-Vous à une consultation
Tout le site
Inscrivez-Vous à une consultation
Oganes Edouard Dilanyan MD, PhD
Chirurgien-urologue-oncologue
+7(499)344-03-03

BLOGUE

Varices testiculaires

Un touriste entre dans un restaurant en Espagne et voit qu'un Espagnol est en train de manger quelque chose de bien savoureux.

- Garçon, apportez-moi aussi la même chose, – demande-t-il au garçon.

- Je ne peux pas. Voyez-Vous, c'est un plat particulier qu'on appelle Testicules de la corrida»!

On le commande une semaine avant, c'est parce qu'on n'a qu'une corrida une fois par semaine.

- D'accord. Je commande ce plat pour dimanche prochain.

Une semaine après, le touriste vient au restaurant et s'assied...

Le garçon lui sert le plat.

- Eh, Mais qu'est-ce que c'est que ça!!! La dernière fois, la portion était énorme!!!

Mais qu'est-ce que Vous m'avez apporté là??? Je ne permettrai pas de me tromper!

- Hmm... Voyez-Vous, Monsieur, il n'y a aucune tricherie ici.

Admettez que ce n'est pas toutes les fois que c'est le taureau qui meurt...

Prologue. Adresse.

Alors, on discute. On se lance dans une discussion sincère. Et l'on va parler sans ambages. C'est vrai que je ne sais même pas ce que c'est que de parler sans ambages. On va parler. On va traiter un sujet un peu inattendu, mais actuel et indispensable... Varicocèle.

Il y avait une fois un docteur, un chirurgien. Juif. Non, ne pensez pas que je parle de l'antisémitisme. Mais qui sait... Ce docteur était malinger et petit. Et l’on dirait qu’il était incapable d’effectuer une appendicectomie, c’est-à-dire, il n’arrivait pas à exciser cette apophyse qui ressemble autant à un ver. Il faisait une anesthésie horrible à son patient et effectuait une coupe comme lors d’une appendicectomie, mais… du côté gauche. S’il l’avait fait une seule fois, voire deux, ses collègues l’auraient compris. Comme on dit souvent, beaucoup de choses arrivent dans la médecine, même comme mon collègue Lomatchinski assure, on a vu trois testicules dans le scrotum. Il aurait pu arriver que cette apophyse se trouve dans la partie gauche… Mais non. Cet homme-là a effectué cette espèce d’opération 30 milles fois dans sa carrière, et il a mérité de l’honneur et du respect de ses collègues. Et qu’est-ce qu’on pourrait dire là-dessus: médecin-tueur! Et si l’on prenait aussi en considération que ses patients n’avaient pas du tout d’appendicite au moment de l’intervention, alors on aurait dû déshonorer ce docteur! Mais voilà – c’est tout à fait le contraire – du respect et de l’honneur… Mais comment? Cet homme-là pénétrait dans l’abdomen du côté gauche et n’y trouvait pas d’appendice. Aucun appendice – ni sain, ni infecté, aucun! Tout fâché, il prenait des vaisseaux et il les nouait. Ceux qui lui tombaient sous la main. Et, ce qui est plus caractérisant, c’est que ses patients le remerciaient chaleureusement, il y avait certains qui lui rendaient visite tous les ans, en lui faisant des cadeaux…

Acte 1. Explication du phénomène.

Les collègues se sont bien sûr moqués de lui entre eux, se sont essuyé les yeux bien irrités après le service en disant: «Et voilà Dilanyan qui salit cet homme bon et bienveillant!». Chers collègues, excusez-moi. Le genre littéraire dans lequel je ne fais que mes premiers pas, exige une certaine préface. Et intéressante. Et alors, qu'est-ce que nous, on pourrait dire du docteur Ivanissévitch? Même Wikipedia ne dit rien de lui. Le site assure obstinément que je n'ai besoin que d'un certain Goran Ivanissévitch. Mais moi, je suis sûr que si ce joueur de tennis avait au moins une fois pris le scalpel et avait effectué au moins une petite coupe, on en aurait parlé partout. Il faut surtout avoir un certificat pour le faire! Et Goran, lui, n’en a pas. En bref, Docteur Ivanissévitch – c’est un auteur d’une intervention chirurgicale célèbre jusqu’à nos jours – c’est celle du bandage des veines testiculaires.

Ah!, – allons-nous nous étonner, – qui serait-il ce monstre qui aurait donné à ce docteur-tueur cette idée de se moquer de tout ce qu’on a de plus cher, et de manière aussi vilaine que cela? Effectuer un bandage de veines testiculaires! Hérésie. Il y a quand-même quelque chose qui gêne. Ce docteur effectuait cette hérésie pendant de longues années, et personne ne l’a pris sur le fait… Il y avait même certains qui l'applaudissaient. Pourquoi? On va en faire une analyse.

Acte 2. Le testicule et avec quoi le mange-t-on.

Le testicule – c'est un organe. Bien qu'il soit petit, il est très important. Il accomplit deux fonctions essentielles: il produit des spermatozoïdes et l'hormone masculine – testostérone. C'est un organe géminé et est situé dans un sac s'appelant «scrotum». On dirait que ce sont des organes qui sont très importants pour la reproduction. La nature-mère les a fait sortir de l'abdomen, où ils étaient créés au début, et elle les a envoyés hors de ses limites! En conséquence, les vaisseaux des testicules sont longs.

On aurait pu emprunter une ou deux branches des artères et des veines locales, mais non! Les artères du testicule prennent source de l’aorte abdominale, sur le niveau de la seconde vertèbre lombaire, en s'installant sur le grand muscle lombaire, ensuite elles vont vers le bas, pénètrent dans le canal inguinal et en sortent déjà dans le scrotum. Les veines droites du testicule remontent vers le haut et entrent dans la veine creuse basse sous un angle aigu. Les veines gauches du testicule remontent vers la veine rénale où elles entrent sous un angle pratiquement droit... Je pense que tout le monde se rappelle sa leçon d'anatomie à l'école que les artères amènent du sang riche en oxygène vers les organes, et que c'est par les veines que le sang «appauvri» s'en va.

Une question simple surgit. Ne serait-il plus simple pour notre Constructeur en Chef – que Dieu me pardonne ces paroles – de créer le testicule juste dans le scrotum et de lui attacher de petits vaisseaux, en en empruntant des artères et des veines? Pourquoi aurait-on besoin d'un scrotum? C'est joli? Arrêtez. C'est de la peau ridée. Sa pigmentation est foncée. Cheveux. Poux. Et ça fait mal lorsqu'on nous frappe... En bref, cette peau épaisse et ridée n'apporte aucune protection au scrotum, jamais! Tout simplement, ils ont plus froid qu'ils l'auraient dans l'abdomen...

Les producteurs de hydrocouleurs pour processeurs auraient envié au système du refroidissement du scrotum. Et les testicules, eux, ils aiment le froid. Les spermatozoïdes sont plus sains dans le froid, voire plus aptes au travail. Mais qui voudrait vivre dans un endroit froid? Voilà, eux aussi, dès qu’il y a la moindre possibilité, font un long chemin des testicules vers, d’abord, le vagin, ensuite, chassés par le froid, ils s’enfuient dans l’utérus, dans les tubes, dans la recherche d’ovules… La fin, on la connaît bien: «Je n’ai pas de règles!». Et alors, c'est soit les félicitations, soit... Soit Vous devez lire les articles de Dilanyan sur les préservatifs!

Acte 3. C'est ennuyant. Anatomie des vaisseaux. 

Imaginez-Vous, Messieurs, l'état dans lequel le sang coule à sens inverse. Pulsation de l'artère, le sang est bousculé sous la pression, et tout ceci – à condition que le cœur est en fonction, bien sûr. Et le sang coule par les veines et surtout, dans ce cas, il coule vers le haut, de manière passive. Il coule à peine. Et il existe des valvules, qui l'empêchent de couler dans le sens inverse. Dès que le sang essaie de s'enfuir en arrière, les valvules se redressent pour empêcher de le faire! Et le sang est bousculé de l'arrière! En bref, tout est prévu. Cet appareil de valvules est composé d'un tissu conjonctif... Et il arrive parfois, pour un taux de pourcentage certain, que ce tissu conjonctif, notamment un de ces composants – le collagène, s'avère défectueux.

Pourquoi? Nous, les docteurs, nous sommes enclins à accuser l’écologie, les cigarettes et les virus. Et quand nous arrivons à en découvrir la cause même du problème, nous faisons ce visage bien intellectuel et nous disons: «Les gènes!!!».

Les gènes, bien sûr... Mais laissons cela aux généticiens. Nous, le commun des mortels, qui ne sont pas en mesure de distinguer la cytosine – Adénomonophosphate et l'acide ribonucléique (moi, personnellement, je le peux, mais ce n'est pas de ça que je suis en train de parler), il nous reste de hausser désespérément les épaules et de déclarer que c'est la faiblesse de ce tissus conjonctif qui en est le seul coupable!

Essayons de faire des conclusions: a) les valvules ne fonctionnent pas, b) la veine est longue, c) elle entre dans la veine rénale sous un angle droit... Qu'est-ce qu'on en conclurait? Du haut – c'est le sang qui fait une pression, en demandant de le laisser couler vers le bas, car, sorti du rein, il ne va pas droit vers le haut, mais il va plutôt parallèlement, les valvules sont faibles, elles n'arrivent pas à empêcher de couler le sang, la veine est longue – il y a beaucoup de sang.

Il y a aussi un petit aspect anatomique – pince aorto-mésentérique. C’est lorsque la veine rénale gauche est serrée entre l’aorte et l’artère mésentérique (il existe une artère portant ce nom-ci, ne faites pas attention). Et voilà, regardez l’image, vous comprendrez tout. Et voilà cette même pince fait remonter la tension dans la veine rénale et, comme Vous vous en rappelez bien, le liquide coule dans la direction où il est plus facile de couler.

Il coule vers le bas, vers la veine testiculaire. (Veine rénale (9), dans laquelle entre la veine testiculaire (5), entre dans la veine basse creuse (3), et sur ce chemin, elle se serre entre l’aorte (4) et l’artère mésentérique (8)).

Et en voilà le résultat: les veines sont gonflées, leur partie inférieure, notamment le plexus acineux, perd l'intégrité de ses valvules... Le sang s'accumule et s'accumule... Alors, il se jette dans les collatéraux, ce sont des soupapes de by-pass, mais ce n'est pas tout. Et alors, mais qu'est-ce qu'il y a? Les veines des testicules sont gonflées, et alors? La moitié du pays a des varices dans les pieds et ces gens-là marchent sur les plages – et quoi donc?

Acte 3. Varicocèle.

Rien de particulier. C'est moche, il y a le testicule qui fait mal de temps en temps, c'est rien? Cependant... On ne sait pas pourquoi mais le spermogramme du patient avec une varicocèle du testicule – il n'est pas bon du tout. Et aussi, il y a le testicule gauche qui est un peu plus petit que l'autre... Quelle serait la raison?

Et bien il y en a une raison. Un peu prosaïque. Réfléchissez bien: qu'est-ce qui se passerait si Vous créiez un arrêt de liquide dans le système du refroidissement du liquide? Le processeur réchaufferait ce liquide et il bouillirait. C'est à peu près la même chose qui se passe en cas d'un testicule. Arrêtez! Stop! Mais nous avons encore un second testicule! Et pourquoi donc on a un mauvais résultat du spermogramme? C'est parce que le sang chaud de la veine ne remonte pas vers le haut. Mais il se jette dans les collatéraux et commence à réchauffer le second testicule... Et ce n'est pas seulement cela. Vous pouvez imaginer qu'est-ce que c'est que ce sang dans la veine rénale? Ce sont des fragments d'hormones de la glande surrénale, ce sont des morceaux du métabolisme du rapide du rein, en bref – il y a plein de saleté. Et tout cela pénètre dans le testicule, par les veines affaiblies. Dans le testicule gauche. Son artère lui rapporte du sang frais, de bonne qualité qui est enrichi d'oxygène, de substances nourrissantes, et les veines, elles... Les veines arrêtent l'écoulement de décharge, en empoisonnant en plus ce petit organe si fragile...

Pauvre organe... D'un côté, il y a le sang chaud et empoisonné qui lui tombe dessus, de l'autre côté il y a son propre sang qui se réchauffe et qui ne remonte pas en haut: il est obligé d'empoisonner son voisin de la chaleur et des toxiques.

Et il nous reste de ne pas nous étonner que, jusqu'à 40% des hommes se plaignant d'une infertilité, souffrent, en réalité, de cette saleté étrange s'appelant varicocèle, ce dont ils ne se doutent même pas.

Acte 4. En mémoire d'Ivanissévitch (s'il est déjà mort, bien sûr).

Docteur Ivanissévitch n’était pas satisfait des résultats du traitement de cette maladie. Et ce n’était pas un appendice qu’il cherchait dans la partie gauche, voire hors de l’abdomen. Il cherchait il faisait un bandage de veines spermatiques pour qu’il n’y ait pas de jet de sang de la veine rénale dans celles des testicules, en pensant que les testicules auraient pu régler leur propre reflux sanguin. Pas de rejet, pas de varicocèle, aurait-il dit et aurait-il pris ces outils dans les mains. 30000 opérations – consentez que ce chiffre n'est pas du tout minutieux. Et alors, on a une des méthodes les plus réussies de chirurgie en cas de varicocèle qui porte son nom. En signe de remerciement.

Et il y a un certain docteur Marmar qui vit dans ce monde. On dirait que c'est quelqu'un d'envieux. Car il a inventé une chirurgie portant son propre nom – une bandage sous-lombaire de veines testiculaires. Le mécanisme du traitement est le même: pas de reflux – pas de varicocèle. Et il s’est mis à déclarer dans les forums, lors des conférences et divers congrès médicaux que sa méthode à lui était meilleure, qu’elle supposait moins de complications, que l’effet cosmétique gagnait gros et qu’il n’y avait presque pas de traumatismes! Plus besoin d’hospitalisation! Plus besoin d’anesthésie! Un minimum de contre-indication après une intervention de varicocèle! Facile! Les Américains vénaux ont reconnu la méthode du docteur Marmar comme «Standard d’Or» et à présent, en cette Pindosya maudite, on ne procède que par la méthode de Marmar, en cas d’une varicocèle…

Actе 5. Comment et quand faudrait-il traiter une varicocèle?

- Est-il obligatoire d'opérer ce truc? – aurez-Vous posé la question dont Vous devinerez la réponse par l'éclat sauvage des yeux chirurgicaux de Dilanyan – c'est décidément oui. On va éteindre cet éclat ressemblant à celui d'un scalpel et d'une pince stérile comme une vierge et l'on va donner une réponse bien fondée à cette question.

C'est une diminution de la taille du testicule de plus de 10% et des troubles du spermogramme qui peuvent faire qu'il y ait une prescription d'une chirurgie de la varicocèle. C'est l'avis de l'Association Américaine d'Urologie. Celle de l'Europe le confirme. Il y a une petite note là-dessus. La varicocèle suppose divers degrés de manifestation, et parfois elle ne se remarque que suite à une échographie doppler. Mais la manifestation des changements dans le testicule ne dépend pas de la varicocèle même... Et cela n'a aucune influence sur la prescription d'une opération. C'est-à-dire, il faudrait procéder à une opération de toute varicocèle en cas de manifestation de tous les symptômes indiqués ci-dessus, et non pas seulement celle qu'on pourrait voir à vue d’œil. Mais cela, je le dis tout simplement, pour une petite précision.

- Et donc Vous, cher Docteur Dilanyan, – dirait-il un des collègues, caustiquement, – Vous n’avez pas parlé de la sclérothérapie! Non plus du bandage de ces mêmes veines par laparoscopie. Vous n’êtes pas bien formé, dis donc! Ce n’était pas par hasard que les épreuves, Vous les avez eues contre un paquet de café! Ce n’était pas par hasard que Vous avez raté les cours de politologie! Et alors, qu’est-ce que je pourrais répondre à cette insinuation odieuse…

Et qu’est-ce que c’est que cette sclérothérapie? On demande au malade de se coucher sous un arcoscope. Le docteur, très méchant, se met les vêtements de plomb, car il a peur des rayons Röntgen. Il effectue une toute petite coupure sur le scrotum, il y trouve la veine dilatée et y introduit un cathéter toute fin mais long. C’est une sorte de tube. C’est par ce tube qu’il introduit dans la veine de la substance contrastée. Elle est contrastée car elle absorbe les rayons de Röntgen et elle permet de voir l’endroit où le docteur introduit le sclérosant. C’est de la substance qui soude les veines.

Voulez-Vous subir les conséquences des rayons Röntgen? C'est à Vous de décider.

Aussi, en ce qui concerne la laparoscopie.

Tout le monde qui me connaît en personne, sait bien que je suis grand fan de laparoscopie. Mais réfléchissez Vous-même. Anesthésie générale. Trois trous sur le ventre. Ils sont petits, mais ce sont quand-même des trous. Hospitalisation obligatoire. Clippage par des pinces métalliques. Et le paradoxe – c'est que l'anesthésie, elle-même, suppose un taux de risque plus élevé que l'opération même!

Et alors? Voilà comment s'explique le fait qu'il soit écrit dans la Bible des chirurgiens, dans l'œuvre de Hinman intitulée «Atlas d'interventions chirurgicales urologiques», noir sur blanc, les paroles terribles suivantes: «Il n'est pas déterminé, jusqu'à présent, quelles sont les prescriptions pour un bandage de veines testiculaires par laparoscopie». Et voilà – l'opération de Marmar. Anesthésie locale. Soit spinale, c'est à Vous de décider. Petite coupe. Deux centimètres. Bandage de toutes les veines dilatées sous une loupe, ce qui permet de ne pas endommager les vaisseaux lymphatiques. Suture cosmétique. On Vous a fait opérer vendredi, le soir Vous rentrez, et lundi – Vous allez au travail. Génial!

Epilogue.

La santé est quelque chose d'inconstant... Il faut que Vous la veilliez. Je Vous souhaite à tous, à tous Vos proches et à tous Vos parents – soyez toujours en bonne santé.

Bien cordialement, Docteur Dilanyan

BLOGUE

Dans les époques lointaines de son enfance, on dirait que le prince Dilanyan ne faisait pas partie de ce monde. Et à présent aussi... bien qu'il soit urologue, il n'a aucun rapport avec le métier. Alors, étant petit, il se laissait aller parfois par ce qui lui venait à l'esprit. Et lui, il pensait que comme nous vivons sur le corps de la Terre-mère, cette mère devrait normalement avoir quelqu'un qui serait le père. Laissons tout cela, on est partis dans la mauvaise direction, de nouveau. Bref, le petit Dilanyan croyait que cette Terre est un être très sale, car il y avait plusieurs autres êtres beaucoup plus petits qui étaient en train d'y vivre. 

...- Laissons la bureaucratie pour un peu plus tard. Je Vous en prie. – Cet homme lourd essayait à tout prix de ne pas crier. Il hurlait à travers ses dents bien serrées. On avait l'impression qu'il allait se casser les dents.
- Je n'ai besoin qu'une seule signature de Vous. Votre consentement sur les examens et le traitement. Je vais tout remplir après...

Il y a une heure.
Il est étouffant. Toutes les fenêtres sont ouvertes, mais cela ne sert à rien, plutôt le contraire. 

Le professeur s'approche du patient, après avoir lavé les mains. Voulant regarder encore une fois la zone qu'il allait opérer, il s'est adressé à l'infirmière:
- Chérie, rajustez le pénis, s'il Vous plaît. Merci.
Il regarde le patient.
- Il ne marche pas. Du tout. Ni la nuit, ni lors je masturbe, je ne parle pas de rapports sexuels.
- Un homme âgé, avec une apparence assez solide, regarde Dilanyan, droit dans les yeux, avec un air triste, – il a l'air du péché mortel – de travers et courbé.
 

Prologue.
Examen d’anatomie.
-    Parlez-moi de la structure de l’organe de l’amour.
-    Le pénis – est un organe impair, compose de…
-    A nos jours, c’est le cœur qui est l’organe de l’amour, – a-t-il répondu le professeur.